Cinéma

Les fantassins de l’Apocalypse

Lukas Valenta Rinner signe avec «Parabellum» sa vision métaphorique et hypnotique de la fin du monde. 
Nabis Filmgroup / 2Mcine
Cinéma

Aux marges du film catastrophe et post-apocalyptique, quelques auteurs se sont frottés à la fin du monde, ou du moins à celle de la civilisation humaine: Michael Haneke (Le Temps du loup), Alfonso Cuarón (Les Fils de l’homme) ou les frères Larrieu (Les Derniers Jours du monde). Lukas Valenta Rinner, Autrichien de Buenos Aires réalisant son premier long métrage, s’empare de ce thème pour en offrir une vision inédite, métaphorique

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion