Arts plastiques

Avec Maximilien, c’est la nature ou rien

Maximilien de Meuron (1785-1868), enfant du pays, est à l’honneur au Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel
La Vue de la Rome moderne (1816) de Maximilien de Meuron: l’une des deux toiles à l’origine du MahN. MAHN
Peinture

Au détour de l’exposition «Maximilien de Meuron. A la croisée des mondes», c’est aussi sa naissance que raconte le MahN, le Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel. Il y a deux cents ans, de retour d’un double séjour italien, le jeune peintre à la particule offrait au chef-lieu de son canton deux vues de Rome, une ancienne et une moderne. Ce sera le premier noyau du futur musée, qui ouvrira ses

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion