Arts plastiques

Luc Andrié, à cache-cache

A Pully, le plasticien vaudois pratique les autoportraits quasi monochromes; alors qu’à Genève, il thématise la surveillance.
Luc Andrié: «Cette photo met en scène ce petit quelque chose de l'idiotie et du politique qui rôde dans mon travail.» ELISABETH LLACH
Art

«ON». Dans notre quotidien électronique, c’est le contraire de «OFF». Pas au Musée d’art de Pully,  où les deux lettres majuscules se réfèrent au pronom indéfini, qui se conjugue comme «il» et peut signifier «nous». «Quand j’ai su que l’institution était située à côté de la maison de Ramuz, je me suis dit que le ‘on’ ferait un bon sujet d’exposition, puisque l’écrivain vaudois l’employait beaucoup», sourit le plasticien, que

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion