Cinéma

Autocritique helvétique

Série de courts métrages réalisés par Henry Brandt pour l’Expo 64 à Lausanne, «La Suisse s’interroge» voulait provoquer une prise de conscience nationale. Un ouvrage décortique la genèse de ces films de commande où l’audace l’emporte sur les compromis.
La Course au bonheur CINÉMATHÈQUE SUISSE
Cinéma

Ceux qui ont vu ces films à l’époque s’en souviennent encore. En 1964, sous le ti­tre La Suisse s’interroge, l’Exposition nationale organisée à Lausanne présente cinq courts métrages de 4 minutes censés secouer une population susceptible de «dégénérer en une mas­se amorphe et inactive». L’analyse du Rapport de la direction sur le programme de l’Exposition est sans appel: «Une longue période de paix, marquée par l’absence de souffrance, et la prospérité

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion