Vaud

Les migrants du jardin du Sleep-In craignent d’être délogés à tout moment

Les sans-abri sont de plus en plus nombreux aux abords de la structure d’hébergement d’urgence. Lausanne lutte contre un campement permanent.  
SDT
Renens

Hier matin, dans le jardin du Sleep-In, des sacs de couchage et des couvertures de survie séchaient au soleil. Les maigres ballots des sans-abri étaient alignés le long du mur de la structure d’hébergement d’urgence et une trentaine de personnes discutaient par petits groupes pendant que d’autres se brossaient les dents devant un tuyau d’arrosage. Les migrants du Collectif Jean Dutoit ont invité la presse pour faire part de leurs

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion