Scène

Souffrir, une histoire de piété

Jean Liermer met en scène «La Vie que je t’ai donnée», de Pirandello, au Kléber-Méleau à Lausanne. Une réflexion sur la maternité qui tutoie le sacré.
Théâtre

Mettre sa propre douleur à genoux, la faire plier. De cet acte se dégage quelque chose de monstrueux. Et pourtant l’acte s’accomplit sans grimaces dans La Vie que je t’ai donnée de Luigi Pirandello, que Jean Liermier présente au Théâtre Kléber-Méleau, à Lausanne, après la salle Equilibre de Fribourg. Le metteur en scène et directeur du Théâtre de Carouge créait à Genève, en janvier, cette pièce écrite en 1923, très

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion