Scène

Sept péchés capitalistes au Galpon

A l’occasion des trente ans du Studio d’Action Théâtrale, sept jeunes metteurs en scène se penchent à tour de rôle sur l’un des vices capitaux de notre société.
Au Galpon ELISA MURCIA ARTENGO
Théâtre

S’il est une métaphore didactique par excellence, c’est bien l’allégorie, soit la personnification de concepts. Qui se fait tout particulièrement édifiante lorsqu’elle fustige les sept péchés capitaux. Pourtant, bien malin celui qui, après avoir vu Le paradis? Non, merci!, sortira du Galpon l’esprit éclairé de bonnes lignes de conduite, voire avec de simples raisons d’espérer. Création multiple et délibérément immorale orchestrée par Gabriel Alvarez, ce cabaret polyphonique brouille d’entrée les

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion