Chroniques

La loi du marché

CIN-OPTIQUE

La lecture de «Salauds de pauvres», l’édito de Philippe Bach dans Le Courrier du samedi 13 juin, m’incite à montrer comment le cinéma aborde cette «donnée» (je n’ose même plus dire cette «question») que constitue «la loi du marché» en revenant sur deux films sortis à une année d’intervalle qui tous deux ont l’immense mérite de se coltiner à la réalité économique des victimes de la «loi du marché»: Deux jours,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion