Musique

Le beau bizarre

Le chanteur à minettes d’autrefois s’est mué en créateur ­iconoclaste hanté par une quête du nouveau. Rencontre avec Christophe avant un concert lundi à Genève en ouverture du festival Voix de Fête.
Le beau bizarre
Figure d’exception du paysage pop français à la trajectoire curieuse VANESSA HOROWITZ
Portrait

«Qu’est-ce que je peux vous offrir? Navré, j’ai plus de champagne…» Et Christophe de se proposer de descendre en chercher. Tenté, on refuse pourtant. Ça le déçoit un peu, on dirait. Le créateur du tube «Aline» aime que les visiteurs de son appartement-studio parisien s’y sentent à l’aise. A ce lieu saturé d’objets de collections, on prête de nombreuses heures vécues en nuits blanches. «Je reçois beaucoup ici: amis, musiciens

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion