Chroniques

Des soutifs aux ragots des Lumières

JE POINTE OU JE TIRE

Parfois, comme ça, un petit rien déclenche une envie de raconter des histoires. Ce petit rien, c’est un jeudi soir de fin de soldes dans un grand magasin de la place genevoise, rayon lingerie, à la recherche de sous-vêtements pour une jeune fille… On y trouve normalement des modèles classiques, des modèles délicatement coquins, le tout dans des camaïeux pastel et quelques touches de rouge et de noir… Et voilà

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion