Chroniques

Beau comme un bus immobile

ENTRE LES LIGNES

Parfois, la politique verse dans la poésie – et vient trancher, coup d’épée vertical, l’horizon morne des journées résignées. Surgissent alors les beautés de la surprise, du désordre et du refus de servir. On croyait voir une foule passive; et comme l’écrit l’anarchiste Julius Van Daal, on découvre en fait un «troupeau dont la domestication n’était qu’un vernis et qui risquait à la première occasion de retourner à l’indépendance rêveuse de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion