Édito

Les langues, pont ou pont-levis?

L’attaque contre la cohésion nationale est frontale. En acceptant de supprimer l’enseignement du français à l’école primaire, la Thurgovie entame l’équilibre entre les régions linguistiques qui forment la Suisse. Plusieurs cantons sont en passe d’emboîter le pas. Le mouvement a commencé quand Zurich a décidé que l’anglais, en primaire, serait enseigné avant le français. Entraînant une ribambelle de cantons dans son sillage. Les cantons alémaniques qui relèguent le français au

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion