Chroniques

Un toit pour rêver

HORIZONS CHIAPANÈQUES

José Luis, ouvrier. Virginia, mère célibataire et vendeuse d’empanadas. Roberto, maçon, originaire du Honduras. Les habitant-e-s de «Rivera Maya» sont des vendeurs ambulants, des maçons, des ouvriers… Ils sont venus en force nous accueillir. Une soixantaine d’entre eux ont renoncé à leur journée de travail et ont attendu trois heures à cet effet. Trois cent septante-sept familles vivent dans ce quartier de Tapachula, dans le sud du Mexique, à 10

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion