Cinéma

Le magicien de l’avant-garde

LUFF Deux cinéastes japonais seront à l’honneur dès mercredi au Lausanne Underground Film & Music Festival. Katsu Kanai a droit à une rétrospective, tandis que Sono Sion fait l’ouverture avec son «Bad Film».
Photo. Dans Good-Bye DR

Dans les années 1960, en marge des majors japonaises, il y avait l’Art Theatre Guild, une société de production et de distribution indépendante d’où sortit la très prolifique et séditieuse «nouvelle vague japonaise» (Oshima, Imamura, Terayama). A la marge de cette marge, on trouvait pourtant plus radical encore: des cinéastes ouvertement politisés comme Koji Wakamatsu, d’au­tres plus volontiers surréalistes et fantasques tel Katsu Kanai, auquel le Lausanne Underground Film &

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion