Chroniques

«Le préjugé des races», de Jean Finot

ACTUALITÉS PERMANENTES

J’ai découvert le nom de Jean Finot il y a un an et demi, en trouvant son livre Le préjugé des races, en très mauvais état, dans un rayon oublié au fond d’une bibliothèque. J’ai été saisi par la modernité de son propos sur l’absurdité des classifications raciales des «anthropologues physiques» du XIXe siècle. Il décrivait la variabilité humaine comme continue et sans frontière et démontait, un à un, tous les

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion