Lecteurs

Une loi qui vise plus la rentabilité des abeilles que leur vitalité

VOTATION • La nouvelle loi sur les épizooties, soumise aux urnes le 25 novembre, est censée préserver la santé des animaux. Qu’en est-il? Réflexion sur la mortalité des abeilles par André Wermelinger, ingénieur et apiculteur.

L’abeille sauvage a survécu à trente millions d’années de changements environnementaux et d’épizooties. Les races faibles ont disparu, les plus fortes se sont multipliées. Tel est le principe de la sélection naturelle – impitoyable, mais durable. Où en est l’abeille aujourd’hui? En Suisse, il n’existe pour ainsi dire plus que des colonies d’abeilles domestiques, élevées par les apiculteurs. Lorsqu’un essaim sauvage s’installe, les apiculteurs et les inspecteurs apicoles le considèrent

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion