Arts plastiques

Marion Tampon-Lajarriette, vertigineuse

ART La jeune plasticienne, exposée à Genève, invente des univers et puise dans le cinéma pour questionner notre rapport aux images.
Marion Tampon-Lajarriette JPDS

«Fais quelque chose d’utile, va dans une école d’art.» Voilà en substance le conseil donné à l’ado Marion par ses parents, très préoccupés de voir leur fille se destiner à des études inutiles (comprenez: universitaires). C’est un peu le monde à l’envers, qui doit faire rêver les innombrables plasticiens brutalement déshérités par leurs géniteurs pour n’avoir pas voulu aller dans une fac sérieuse. On ne connaît pas les parents de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion