Cinéma

Ahmed Boulane, à l’abordage

Honni par les islamistes et snobé par les intellos, il a pulvérisé le box-office marocain avec Les Anges de Satan, portrait d’une jeunesse fan de hard rock poursuivie en justice pour satanisme et débauche.
Ahmed Boulane, à l'abordage
DR
cinéma marocain

Il est passablement speedé, se racle la gorge et renifle sans cesse en se frottant le visage – Genève et sa météo exécrable lui ont refilé la crève, à peine arrivé. Pour couronner le tout, notre homme confesse sa tendance claustro: «Je préfère avoir l’horizon dégagé», explique-t-il en s’installant près des vitres du café de la Maison des arts du Grütli, où a lieu le Festival international du film orientalJusqu’à

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion