Cinéma

En attendant le magot

Jeune cinéaste marocain, Alaa Eddine Aljem se distingue avec Le Miracle du Saint Inconnu, une belle parabole, humaniste et burlesque.
En attendant le magot
TRIGON-FILM
Film

Quel genre de film peut se retrouver à la fois sélectionné à la Semaine de la critique cannoise et primé au Festival du film grolandais de Toulouse? Une œuvre alliant ambition artistique et humour insolite, sans doute. C’est bien là le pari réussi par Le Miracle du Saint Inconnu, premier long métrage du Marocain Alaa Eddine Aljem. Un polar, d’après la séquence d’ouverture: voleur en fuite dans le désert, Amine

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion