Sélection

Les travailleurs vénézuéliens disent «leur vérité»

Deux mois après la fin de la «grève» décrétée par le patronat et la direction de la principale centrale syndicale le Venezuela a retrouvé le calme. L`industrie pétrolière durement touchée pendant la crise fonctionne à nouveau normalement. Donnant de l`air au président Hugo Chavez bien décidé à poursuivre sa politique. La venue simultanée à Genève d`une délégation syndicale et de la ministre du Travail du Venezuela nous donne l`occasion de revenir sur un conflit social mal compris à l`étranger. Et de tracer quelques perspectives pour le projet «bolivarien» du président Chavez.

«L`immense majorité des travailleurs vénézuéliens du pétrole n`ont jamais participé à la grève appelée en décembre 2002 par la haute hiérarchie de PDVSA.» Cette déclaration n`a pas été faite par un militant «chaviste» ou par un haut dignitaire de l`Etat vénézuélien. Elle est tirée d`un communiqué de presse conjoint des trois fédérations syndicales actives dans l`entreprise publique Petroleos de Venezuela (PDVSA). Unies comme rarement auparavant des délégations de FEDEPETROL FETRAHIDROCARBUROS

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion