Sélection

La justice espagnole bâillonne la principale voix basque

EUSKADI Accusé d`être lié à l`ETA le quotidien en langue basque «Egunkaria» a été fermé et dix de ses dirigeants interpellés. Les quatre libérés dont le directeur Martxelo Otamendi accusent la police de «torture». Interview.

Après la suspension du parti nationaliste Batasuna l`an dernier (lire ci-contre) la lutte «antiterroriste» de l`Etat espagnol a fait une nouvelle victime. Le 20 février dernier sur ordre du juge Juan Del Olmo de l`Audience nationale Madrid a fermé le seul quotidien en langue basque Egunkaria l`accusant de «favoriser la stratégie terroriste». La justice estime même que le journal pourrait «appartenir ou collaborer» au groupe armé ETA. Dix membres de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion