BD

Meurisse esquisse son Japon

Entre un tanuki insolent, un peintre inspirant et une miss météo insaisissable, la bédéaste française, Grand Prix Töpffer 2021, réinvente ses séjours nippons.
Meurisse esquisse son Japon
Dans "La jeune femme et la mer", Catherine Meurisse a réinterprété des photographies prises lors de ses séjours au Japon. Ici, une vue de l’île d’Iki. CATHERINE MEURISSE
album

Une femme sait tout de la mer et de ses dangers, un peintre est frappé par des haïkus, un tanuki – esprit japonais dont la forme rappelle celle du chien viverrin – révèle un quotidien étranger, la narratrice se promène le long de la côte. La jeune femme et la mer n’a pas été nommé en hommage au Vieil homme et la mer d’Hemingway, pas plus qu’à La jeune fille et la

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion