Scène

La danse vit son MeToo

Des ex-collaborateur·trices d’Alias, l’une des plus importantes compagnies de danse contemporaine en Suisse, brisent l’omerta. Des abus professionnels, sexuels et de pouvoir systémiques sont dénoncés.
La danse vit son metoo
La compagnie Alias emploie de nombreux interprètes depuis sa création en 1994. GREGORY BATARDON/ La Compagnie Alias/ image D’ILLUSTRATION
Enquête

«Il utilise sa position pour emballer des jeunes filles qui veulent juste travailler. Cela pose de réels problèmes éthiques. Sa manière de procéder est très décomplexée. Tout le monde le sait et personne ne dit rien.» Formée en chant et en danse contemporaine au conservatoire de Bordeaux, Romie Esteves se souvient être tombée dans les filets du chorégraphe et directeur de la compagnie Alias alors qu’elle était venue passer une

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion