Musique

Au Galpon, le piano se met la tête à l’envers

Ce week-end, le festival «Cataclysme Piano» orchestre une grande bastringue de claviers modifiés, suspendus ou comestibles. Avec aussi un grand concert pour treize pianos.
Au Galpon, le piano se met la tête à l’envers
Suspendu dans les airs, un piano droit joue tout seul, ses touches remplacées par des capteurs. ERIKA IRMLER
Festival 

Cinq ans se sont écoulés depuis la précédente édition de «Cataclysme Piano». Le festival avait culminé, au Galpon déjà, dans un grand concert pour 30 pianos, version redux d’une performance mémorable donnée l’année précédente sur la plaine de Plainpalais en ouverture de la Biennale des espaces d’art indépendants (BIG). «Cinq ans, c’est le temps qu’il nous a fallu pour cogiter… et retrouver l’envie de déménager des pianos!» C’est peu dire

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion