Solidarité

Le lourd tribut de la jeunesse chilienne

Près de deux ans après la révolte populaire d’octobre et novembre 2019 au Chili, plus d’un millier de jeunes sont encore en prison préventive ou condamné·es de manière suspecte.
Le lourd tribut de la jeunesse chilienne
Les arrestations violentes de la police anti-émeute chilienne, lors des manifestations contre le gouvernement en 2019, à Santiago du Chili, ont été dénoncées par de nombreuses ONG comme autant de violations des droits de l'homme. KEYSTONE
Droits humains

«Grâce à nos jeunes, notre pays va réécrire sa Constitution et enfin sortir d’un système hérité de la dictature de Pinochet. Pourtant, nombre d’entre eux, comme mon fils, sont encore en prison», témoigne Jovita, mère de Jesus, étudiant de 24 ans, condamné à six ans d’emprisonnement pour avoir, selon la justice chilienne, lancé un cocktail Molotov lors d’une manifestation en octobre 2019. Jesus était l’un des centaines de milliers de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion