Scène

Ibsen place le pouvoir en eaux troubles

Le Théâtre de l’Orangerie ouvre sa saison dans une atmosphère humide avec un classique d’Ibsen à la thématique étonnamment moderne, adapté avec panache par Eric Devanthéry.
Ibsen place le pouvoir en eaux troubles 
Parfaitement adéquate même si peu confortable sur le long terme, la scénographie de Julien Brun plonge instantanément dans l’ambiance glaciale du récit. MAGALI DOUGADOS
Théâtre de l'Orangerie

Le Théâtre de l’Orangerie aurait difficilement pu ouvrir sa saison sur des températures moins estivales. Alors qu’on se serait plutôt attendu à ce que la chaleur et le brouhaha des conversations accompagnent les habituels coassements de grenouilles, cette première soirée a plutôt fait place au froid et à l’humidité. Tant pis, l’ambiance du parc donnera donc un avant-goût de ce que le public s’apprête à découvrir dans la salle. Avec

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion