International

La résistance à la réforme s’organise

La Suisse accepte le nouveau cadre fiscal international avec réserves et s’allie à d’autres «perdants».
La résistance à la réforme s’organise
La réforme ­fiscale en cours au plan international est née de la nécessité de mieux taxer les géants du numérique, les fameux GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon). KEYSTONE
Fiscalité des entreprises

L’impôt minimal mondial de 15% sur les bénéfices des grandes entreprises voulu par les ministres des Finances du G7 a été accepté hier soir dans son principe par 130 pays sur les 139 participants au Cadre inclusif sur les questions fiscales de l’Organisation pour la coopération et le développement (OCDE), dont la Suisse. De même, le principe d’une taxation basée sur les ventes et non plus uniquement sur le ­bénéfice

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion