Musique

Di-Meh, braquage et héritage

Le rappeur skateur genevois s’émancipe et sort son premier album, Mektoub. Ses racines algéro-marocaines enlacent les rythmes trap et reggaeton, son verbe allie frime et profondeur.
Di-Meh: Braquage et héritage
Managé depuis Paris, Di-Meh attend avec impatience de remonter sur scène. Arthur Couvat
Portrait

Pour bien aborder Mektoub, il faut surfer entre les lignes de ses deux premiers titres. Rimes en rafales, punch­lines bravaches et références sportives (l’avant-centre, le sprinter Usain Bolt), «Automatique» et «Destiny» déroulent les figures de l’egotrip, un passage obligé en rap. Quasiment né sur une planche de skate, Di-Meh part en trombe et sème la concurrence, hardflip ou rien. En troisième position, le morceau-titre «Mektoub», destin en arabe, ouvre grand

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Testez-nous
Au mois de juin,
nous vous offrons l'essai web 2 mois
profitez-en!

Connexion