Arts plastiques

Le Japon à 1000 degrés

L’Ariana célèbre la céramique nippone par un riche accrochage issu de ses ­collections. Les œuvres racontent un Japon d’export, destiné à l’Occident.
Le Japon à 1000 degrés
Femme au paravent (vers 1870-1890). MAURO MAGLIANI & BARBARA PIOVAN
Exposition

Derrière ses élégants contours italiens, l’Ariana affiche un tempérament aussi posé que les deux sphinx qui en gardent l’entrée Sud, avec vue imprenable sur l’ONU. Et pourtant, voilà que l’institution genevoise dédiée à la céramique sort une nouvelle fois «de ses réserves», comme elle le formule: le musée imagine une grande exposition à partir de ses collections. Ainsi, après «La faïence italienne» (2006), «Terres d’Islam» (2014) et «Schnaps & rösti»

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion