Religions

Delphine Horvilleur, un si grand besoin d’histoires

Femme rabbin sans cesse confrontée au deuil, Delphine Horvilleur évoque ce passage dans Vivre avec nos morts. Entretien où il est question de récits et de laïcité.
Un si grand besoin d’histoires
Delphine Horvilleur: «Même chez les personnes qui ne croient pas, des éléments de superstition subsistent.» JF PAGA
Essai 

Femme rabbin, conférencière, directrice de la rédaction de Tenou’a, Atelier de pensée(s) juive(s), Delphine Horvilleur sort ces jours-ci un livre de souvenirs où elle partage le récit de onze deuils personnels ou collectifs. De Simone Weil à un jeune garçon assistant à l’enterrement de son petit frère, pendant lequel elle est officiante, ces textes se veulent une proposition de consolation. Pour celle qui se définit comme une conteuse, la tentative

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion