Suisse

Les restaurants crient famine

Face à une possible troisième vague, le Conseil fédéral retarde les ouvertures d’au moins quatre semaines. Seul l’élargissement à dix personnes des rassemblements à la maison est accordé.
Les restaurants crient famine
Alain Berset était bien esseulé vendredi pour affronter une éventuelle vague de protestations, avec seulement le vice-chancelier et porte-parole du Conseil fédéral André Simonazzi (à gauche) à son côté. KEYSTONE
Pandémie

Pour le conseiller fédéral Alain Berset, seul face aux journalistes vendredi, «nous avons déjà perdu deux fois le contrôle et nous ne commettrons pas la même erreur une troisième fois». En martelant le discours de la patience, le ministre de la Santé hausse le ton: «Nous ne voulons pas prendre le risque de prolonger la crise et nous savons d’expérience que si la situation nous échappe à nouveau, ce sera

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion