Arts plastiques

Van Genk, la vie rêvée dérange

Artiste surdoué, Willem van Genk a utilisé le dessin comme un rempart face à un monde qu’il jugeait hostile. La Collection de l’art brut l’honore.
Van Genk, la vie rêvée dérange
The Project Asbery Moscow (vers 1970) illustre les procédés créatifs de van Genk, avec marges incrustations. COLLECTION DOLHUYS, HAARLEM
Exposition

Sa vie durant, Willem van Genk aura souffert de ne pas être reconnu à la hauteur de son immense talent. Trop facilement parqué dans l’arrangeante case du handicap par tous ceux que les marges embarrassent, le Néerlandais (1927-2005) n’a pas connu le succès qu’il méritait. Quand certains s’échinaient à savoir s’il était autiste ou schizophrène, il eut été plus intéressant d’accueillir ses œuvres pour ce qu’elles étaient: un travail remarquable

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion