Genève

Deux cents personnes dénoncent les renvois forcés

Un mois après l’expulsion de Tahir, 200 personnes se sont réunies pour demander au Conseil d’État de se positionner face aux décisions fédérales.
200 personnes dénoncent les renvois forcés
Solidarité Tattes a dénoncé «les mensonges et la lâcheté du Conseil d'Etat» qui disent que l'asile relève de la Confédération. JEAN-PATRICK DI SILVESTRO
Renvois forcés

A Genève, 200 personnes se sont réunies mercredi à midi devant le siège du Conseil d’Etat pour dénoncer les renvois forcés, un mois après l’expulsion d’un Ethiopien par vol spécial. Elles ont notamment demandé au canton de se positionner face à Berne. «L’exécution des renvois relève des cantons. Des suspensions ont déjà eu lieu à Genève», a relevé au micro Julie Franck, une amie de Tahir Tilmo. En Suisse depuis

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion