Musique

De l’errance aux projecteurs

Migrant nigérian, Obi a mis en mots une décennie de galère et d’espoir. En résidence itinérante, il était vendredi sur les planches de Château Rouge, à Annemasse.
De l’errance aux projecteurs
Après le désert nigérien, la traversée de la Méditerranée et les squats ­insalubres, la perspective d’une carrière musicale se dessine enfin. ANATHOLIE
Musique

L’invitation tombée dans notre boîte mail mentionnait un «concert de fin de résidence». Un concert? Au vu de la disette actuelle, une telle occasion ne se refuse pas. Comme en plus le parcours de l’artiste en question, Obi, ne ressemble en rien à la bio typique, on saisit la balle sans hésitation. L’histoire récente d’Obinna Igwe, c’est dix ans d’errance entre l’Afrique et l’Europe, des galères et une rage de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion