Solidarité

Equateur cherche boussole

Trompé sur la marchandise il y a quatre ans, l’Equateur retourne aux urnes ce week-end entre nostalgie des années Correa, division des forces populaires et Etat de non-droit. La gauche pourrait pourtant l’emporter.
Equateur cherche boussole
Le jeune Andres Arauz a la lourde charge de représenter la gauche «national-populaire», privée de ses principaux leaders poursuivis par la justice, à la présidentielle. KEYSTONE
Equateur

En 2017, en plein reflux de la gauche latino-américaine, l’accession de Lenin Moreno à la présidence de l’Equateur avait été ressentie comme une victoire de grande portée par les progressistes du sous-continent. Une décennie de présidence de Rafael Correa se terminait ainsi par la victoire de son dauphin désigné – et ex-vice-président –, et ce malgré des conjonctures économique et politique très défavorables. Preuve que cet Etat modeste – 16

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion