Livres

Un peu, beaucoup, à la folie…

Dans La Folie de ma mère, Isabelle Flaten décortique le lien filial avec style et vérité.
Un peu, beaucoup, à la folie…
Roman

La littérature se nourrit d’amour, thème que les vrais écrivains traitent sans jamais l’épuiser grâce à leur capacité à surprendre par leur st yle et l’accent de vérité qui rend leur œuvre inoubliable. Dans La Folie de ma mère, Isabelle Flaten décortique le lien filial en usant de ces deux leviers: ce court texte dense et brutal, comme une longue lettre qui se veut confession, devient si personnel qu’il n’est

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion