Livres

Sur les traces du poète

En décalage avec son temps, le poète et photographe Gustave Roud (1897-1976) était un marcheur de plaine, alors que tout le monde ­s’entichait des Alpes. Un sentier lui est dédié à Carrouge (VD).
Sur les traces du poète 3
En début de parcours, on monte vers la Croix. Un grand mot, «monter»: l’ascension n’a rien de vertigineux (voir le point n° 2 sur la carte en page suivante). NICOLE CHUARD / UNIL
Littérature

En entrant dans le village de Carrouge (VD), on ne peut s’empêcher de se demander: est-ce que le poète aurait marché aujourd’hui? Est-ce que Gustave Roud (1897-1976) aurait pris la route en cet après-midi d’octobre sous le ciel voilé et la lumière d’icône? «Il marchait en toutes saisons, quel que soit le temps et même de nuit! Il était imprégné des écrivains romantiques comme Novalis», assure Antonio Rodriguez, professeur de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion