Livres

Se rencontrer par l’écriture

En novembre, la librairie genevoise Delphica a lancé une correspondance épistolaire entre des binômes anonymes. Des échanges qui perdurent pour la plupart.
Se rencontrer par l’écriture
Le libraire Alexandre Dimitrijevic prend connaissance du courrier reçu. JML
Correspondance

Avec le retour des restrictions sociales et la nouvelle fermeture des lieux culturels et des commerces, le mois de novembre s’annonçait plutôt maussade pour la population romande. Mais contrairement au premier semi-confinement de mars, les libraires ont été cette fois l’un des seuls secteurs à avoir pu poursuivre leur activité. Saisissant la balle au bond, la librairie Delphica, à Genève, a organisé un projet d’échanges épistolaires. Une impulsion que l’on

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion