Scène

Artiste, femme, et mère, galère!

Jacqueline Ricciardi s’adapte à la crise sanitaire en présentant sa perfo théâtrale féministe, Perdre Toulouse, sous forme de pièce radiophonique aux Créatives. Enjeux.
Artiste, femme, et mère, galère!
«Le festival me tient à cœur, il défend les artistes, les femmes et les minorités de genre.» DELPHINE SCHACHER
Les Créatives

«Les femmes artistes sont dans l’angle mort.» Jacqueline Ricciardi, bien connue sous le diminutif de «Jaja», mâche ­rarement ses mots. Etre artiste, femme et mère, c’est carrément la galère, nous raconte la comédienne genevoise. Comment tout concilier sans avoir le sentiment d’être perdante, alors que souvent, les hommes, eux, ne se posent même pas la question? Les artistes indépendant.es peinent à (sur)vivre en Suisse, sans parler du Covid qui exacerbe

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion