International

La fin de l’intérim agite le gouvernement

L’exécutif issu du coup d’Etat de novembre 2019 se déchire à la veille des élections sur fond d’accusations de corruption.
La fin de l’intérim agite le gouvernement
Des manifestations en vue des élections du 18 octobre prochain sont organisées en Bolivie, comme ici le 19 septembre dernier. KEYSTONE
Bolivie

Le gouvernement de facto se déchire. Le refus du ministre de l’Economie, Oscar Ortiz, de privatiser ENDE-ELFEC, une compagnie électrique de Cochabamba, a entraîné sa mise à l’écart et le départ de deux autres ministres. L’entreprise avait été nationalisée par le précédent pouvoir, dirigé par Evo Morales, dont le parti est favori des élections du 18 octobre. Ce scrutin doit redonner un gouvernement légitime à la Bolivie, près d’un an

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion