Solidarité

Répliques du «golpe» en Bolivie

La tension est ravivée en Bolivie moins de deux ans après le coup d’Etat. Acteurs d’une récente passe d’armes, le drapeau amérindien et le vice-président étaient au centre d’une soirée mardi dernier à Genève.
Répliques du golpe en Bolivie 3
Le refus du gouverneur de Santa Cruz de hisser le drapeau amérindien au côté du drapeau républicain a donné lieu à des manifestations de protestation à La Paz, où le souvenir des outrages à la Wiphala multicolore est encore douloureux. KEYSTONE
Inclusion

Acte de diversion contre provocation? Alors qu’une Marche d’indigènes des basses terres (lire ci-dessous) se dirigeait vers Santa Cruz, gouvernement national et autorités locales se sont livrés, le 24 septembre dernier, à une passe d’armes autour de la Wiphala, le drapeau multicolore des Amérindien·nes. De passage à Genève deux jours plus tard, le vice-président bolivien David Choquehuanca est revenu sur l’incident devant un parterre de la diaspora. L’affrontement a eu

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion