Genève

Le t-shirt oui, la honte non

La conseillère d’Etat Anne Emery-Torracinta estime que poser un cadre vestimentaire fait partie de la mission de l’école. Interview.
Le t-shirt oui, la honte non 1
«Avec le t-shirt de Pinchat, on tombe dans le modèle du bonnet d'âne. Eduquer, ce n'est pas stigmatiser ou humilier», reconnaît Anne Emery-Torracinta. DR
École

La cheffe du Département de l’instruction publique, de la formation et de la jeunesse (DIP), Anne-Emery Torracinta, réagit aux accusations de sexisme qui ont éclaté autour de la révélation de l’existence d’un «t-shirt de la honte» dans certains établissements secondaires genevois. L’existence d’un t-shirt surnommé «de la honte» au cycle de Pinchat a suscité l’indignation. Mais cette sanction n’est pas limitée à cet établissement. Etiez-vous au courant et cautionnez-vous cette pratique?

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion