Lecteurs

Un petit détail

Nathalie Bloch estime qu‘un salaire minimum imposerait une distorsion de concurrence supplémentaire aux entreprises genevoises.
Votations

Alors que le Tessin a adopté le principe d’un salaire minimum (largement inférieur à celui proposé à Genève), qui devrait entrer en vigueur l’année prochaine, le Conseiller aux Etats Fabio Abate a demandé que ce salaire soit applicable, dans les cantons où il existe, aux entreprises étrangères détachant du personnel, afin d’éviter les distorsions de concurrence.

Cette motion a été acceptée par les Chambres fédérales, et est en train d’être mise en œuvre. Avec un petit détail qui a toute son importance: lorsque les cantons ont limité l’application de ce salaire aux entreprises exerçant habituellement sur leur territoire, il ne pourra être imposé aux entreprises étrangères y détachant du personnel. C’est malheureusement le cas du Tessin… mais également de Genève, comme le précise l’initiative 173 sur laquelle nous allons voter. En clair, alors que le canton doit déjà lutter contre une concurrence suisse et étrangère particulièrement vive, on imposera aux entreprises genevoises des conditions salariales dans certains cas plus élevées que celles existantes, sans pour autant les imposer aux autres. Ou comment creuser sa propre tombe…

Nathalie Bloch,
directrice adjointe des Associations professionnelles (Fédération des entreprises romandes)

Opinions Lecteurs Lettre De Lecteur Votations

Connexion