Genève

«Un salaire minimum et des frontières ouvertes»

Jeudi, le comité unitaire «Protégeons les salaires, pas les frontières» a lancé sa campagne contre l’initiative fédérale dite de limitation, et défend également l’initiative cantonale pour un salaire minimum à Genève de 23 francs de l’heure,
«Un salaire minimum et des frontières ouvertes»
«La crise sanitaire a rendu visibles les très bas revenus à Genève, où les travailleuses les moins bien payées étaient au front. Les applaudir, c’est bien, de bons salaires, c’est mieux», a poursuivi Alejo Patiño, d’Unia. Trente mille personnes dans le canton gagnent moins de 4000 francs par mois, dont deux tiers de femmes. KEYSTONE/Christian Beutler
Votations

Le comité unitaire «Protégeons les salaires, pas les frontières» a lancé jeudi sa campagne contre l’initiative fédérale dite de limitation, tout en défendant dans un même élan l’initiative cantonale pour un salaire minimum à Genève de 23 francs de l’heure, des projets soumis en votation le 27 septembre. Le texte de l’UDC et celui de la Communauté genevoise d’action syndicale (CGAS) sont «les deux faces de la même médaille», a expliqué

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion