Histoire

Révolution mémorielle

A quoi et à qui servent les monuments? Que nous enseignent-ils du passé et du présent? Les historiens Sébastien Farré et Yan Schubert éclairent le déboulonnage des symboles coloniaux et patriarcaux.
Révolution mémorielle
A Bristol, l’œuvre «A Surge of Power (Jen Reid)» est venue brièvement témoigner du déboulonnage, ici même, en juin dernier, de la statue du trafiquant d’esclaves Edward Colston. La nouvelle statue a à son tour été retirée par la municipalité britannique. Un processus de consultation a été lancé pour choisir le monument qui prendra place dans ce parc. EPA/NEIL HALL
Série d'été "Sur un piédestal"

De lieux de célébration à outils de la contestation, les monuments et statues questionnent notre relation au passé, à l’espace public et à leurs évolutions. Les historiens genevois Sébastien Farré et Yan Schubert explorent ce monde de la mise en scène mémorielle depuis de nombreuses années, notamment au sein de l’Atelier interdisciplinaire de recherche (AIR). Le directeur exécutif de la Maison de l’histoire (UNIGE) et le chercheur spécialisé sur les

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion