Religions

A Genève, un Mur des revendications

Symbole d’une ville conservatrice et patriarcale, le Mur des Réformateurs est la cible régulière de divers mouvements sociaux. Le colosse a pourtant des pieds d’argile.
1
Le mur, aspergé de peinture arc-en-ciel en juillet 2019. KEYSTONE
Série d'été "Sur un piédestal"

Les atteintes se suivent et se ressemblent: le Mur des Réformateurs est régulièrement la cible de divers mouvements sociaux – féministes et LGBTIQ+ pour les plus récents –, qui déversent leur mécontentement coloré sur les épaules de Jean Calvin, Théodore de Bèze, Guillaume Farel et John Knox (réformateur de l’Eglise écossaise). Pourquoi tant de peinture? Et à quoi s’attaque-t-on réellement? SUR UN PIÉDESTAL (V) On ne les voyait plus, elles

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion