Genève

Le virus de la misère

Sans le sou depuis la crise du coronavirus, plus de 200 personnes sans-papiers, dont une quarantaine d’enfants, se retrouvent à la rue ou logés dans des abris de fortune.
Le virus de la misère 2
Silvana Mastromatteo (au centre) anime un point d’information à destination des personnes sans statut légal, que la crise du coronavirus a plongées dans la misère. CÉDRIC VINCENSINI
Précarité

«Mettons-nous au fond, la police fait des rondes!» Avec son énergie habituelle, Silvana Mastromatteo, fondatrice de la Caravane de solidarité à l’origine des distributions alimentaires d’urgence, nous intime de nous écarter de l’allée centrale du parc des Bastions. Comme chaque après-midi depuis quelques semaines, cette militante de la cause des sans-papiers tient un conciliabule à l’ombre d’un des arbres centenaires du parc. Elle anime un point d’information à destination des

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion