Genève

Temples de la nuit

Le Collectif d’associations pour l’action sociale a inauguré la semaine dernière trois sleep-in pour SDF qui seront ouverts à l’année. Reportage.
Temples de la nuit
La literie proposée est sommaire, mais tout le monde semble s’en accommoder aisément. «Dormir au sec et en sécurité, ça n’a pas de prix». CÉDRIC VINCENSINI
Précarité

Vingt-et-une heures tapantes, le temple de la Fusterie ouvre ses portes. Le lieu de culte reconverti en «sleep-in» est un des maillons du nouveau dispositif d’accueil de sans-abri d’un collectif de huit associations (lire ci-dessous). Mis à disposition par l’Eglise protestante, l’Armée du Salut et l’association Première ligne, quatre lieux doivent permettre de loger 90 personnes à l’année. Par grappes, une vingtaine d’hommes se pressent déjà dans le hall d’entrée.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion