Solidarité

«La Bolivie doit se savoir sous surveillance»

Le mouvement Wiphalas autour du monde a remis un manifeste à des représentations diplomatiques boliviennes.  Signé par Jeremy Corbyn, Jean Ziegler, Baltasar Garzon ou encore Jean-Luc Mélenchon, le texte rappelle la «violence sélective et raciste post-électorale» qui a conduit au coup de force du 10 novembre 2019 contre le premier président indigène de Bolivie.
«La Bolivie doit se savoir sous surveillance»
Le manifeste a été déposé mercredi matin au Consulat bolivien de Genève mais aussi à Londres, Paris ou Madrid. DR
Bolivie

Presque huit mois après le coup d’Etat contre Evo Morales et à neuf semaines d’élections qui doivent rétablir la démocratie en Bolivie, le mouvement Wiphalas autour du monde – référence au drapeau indigène – a investi plusieurs représentations diplomatiques boliviennes pour remettre un manifeste adressé à la présidente de facto Jeanine Añez. Ce texte, déposé mercredi matin au Consulat bolivien de Genève mais aussi à Londres, Paris ou Madrid, s’inquiète du bon

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion