International

Bain de sang en Bolivie

Le gouvernement de facto, qui a succédé à Evo Morales, a donné carte blanche à l’armée. Neuf partisans du président déchu sont morts près de Cochabamba. L’ONU et la CIDH dénoncent.
Bain de sang en Bolivie
Les neuf manifestants tués entre vendredi et samedi sont tombés dans la province de Cochabamba, à Sacaba, alors qu’ils se dirigeaient vers le centre de la capitale provinciale. KEYSTONE
Bolivie

En Bolivie, le gouvernement de facto entend ramener l’ordre coûte que coûte. Un décret daté de vendredi donne en effet l’ordre à l’armée bolivienne d’employer «tous les moyens à sa disposition» pour mettre un terme aux mouvements de protestation contre le renversement d’Evo Morales. De fait, neuf manifestants ont perdu la vie depuis vendredi, portant le bilan de la répression des partisans du président forcé à la démission à vingt

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion